Tirage du Yi King

Le Yi King ou livre des mutations est un livre sacré en Chine. Il est consulté comme un oracle lorsque vous n’arrivez plus à savoir quelle attitude adopter face à telle situation. Si vous décidez de le consulter, suivez les indications qu’il vous donne, sinon, laissez le fermé. Certains mots raisonneront en vous, vous saurez quelle décision prendre.

Vous devez vous munir du livre, ainsi que des baguettes d’achillée. Normalement, elles sont vendues avec, mais de plus en plus de commerçants les vendent séparément… Vous pouvez également prendre des tiges de bambous, des baguettes en bois, le tout étant d’avoir 50 baguettes. Il existe différentes techniques pour tirer le Yi King : avec les pièces notamment, mais seules les baguettes sont réellement efficaces car elles permettent de mettre une baguette sacrée de côté. Avec la technique des pièces, cette notion de sacré n’existe pas.

Le tirage du Yi King avec les baguettes

  1. Munissez vous d’une feuille de papier blanche, inscrivez votre question en haut de la feuille. La formulation est très importante. Il ne s’agit pas de demander, par exemple, est ce que je vais avoir mon examen à la fin de l’année, mais plutôt, de prendre l’habitude de formuler les choses ainsi : quelle attitude dois je avoir pour …… obtenir mon examen de fin d’année ? obtenir une augmentation de salaire ?
  2. Sur les 50 baguettes, on extrait une baguette que l’on met de côté. Cette baguette représente le TAO, le sacré.
  3. On coupe le tas des 49 baguettes en 2 parties inégales, au hasard, en ayant toujours une représentation mentale de la question posée.
  4. On a donc 2 tas, on en pose un à gauche sur la table, l’autre tas est dans la main droite
  5. On en prend une baguette, au hasard, du tas de droite qu’on met entre l’annulaire et l’auriculaire de la main gauche.
  6. A l’aide de la main gauche, on retire des tiges du tas de la main droite par groupes de quatre jusqu’à ce qu’il ne reste dans la main qu’un total de quatre tiges ou moins.
  7. On place ce reste obtenu entre l’annulaire et le médius de la main gauche.
  8. On pose le tas de la main droite, à droite sur la table
  9. On reprend le tas de gauche, on compte de la même façon le tas de baguettes et l’on place le reste entre le médius et l’index de la main gauche.
  10.  On posera le tas de baguettes restantes sur le tas de droite.
  11. On compte toutes les baguettes entre les doigts de la main gauche, imaginons que l’on ai 5 baguettes au total
  12.  On écrit 5 en bas de la feuille blanche (toujours ecrire de bas en haut)
  13. Les 4 chiffres possibles sont : 4, 5, 8 et 9, vous n’aurez jamais d’autres combinaisons possibles.Si l’on a 8 ou 9 baguettes entre les doigts de la main gauche : la valeur devient 2
    Si l’on a 5 ou 4 baguettes : la valeur devient 3
  14. Nous avons donc pris l’exemple de 5 baguettes entre les doigts, 5 devient donc 3
  15. On reprend ensuite les baguettes (sauf le sacré et les 5 baguettes)
  16. On refait toute la manipulation 2 fois pour avoir les autres numéros qui formeront le 1er trigramme. Prenons l’exemple, que le tirage suivant, nous ayons 4 baguettes entre les doigts, et que celui d’après nous ayons 8 baguettes entre les doigts
  17. Sur notre feuille blanche est donc écrit 5 = 3, 4 = 3 et 8 = 2
  18. Il faut ensuite additionner 3 + 3 + 2 = 8. Ce total sera toujours 6, 7, 8 ou 9.
  19. Le total pair devient inn. Le total impair devient yang. Dans notre exemple, nous avons 8, donc en face, on peut mettre un trait Yin.
  20. Refaire cette opération 5 fois sans jamais toucher à la baguette sacrée.

Ensuite, il faut définir si les traits sont mutables. Sur les vieux, on met une croix au centre du inn et un rond au centre du yang. C’est un trait mutable, le seul qui donne la réponse. C’est la référence. Pourquoi lui ? Car il est vieux et, est voué à disparaître donc il est mutable pour se transformer.

Dans notre exemple, on s’aperçoit que l’on a un numéro 9 (trait inférieur du trigramme supérieur). Ce trait est donc mutable. On place un rond sur le trait yang. C’est le seul que nous aurons dans ce tirage. Quand il n’y a pas de vieux traits, on lit uniquement l’hexagramme, pas le détail des traits.

Voici ce que vous devez avoir écrit sur votre feuille blanche :

Ensuite, il faut prendre le livre du Yi King, certains ont une feuille cartonnée à l’intérieur, d’autre pas. Pour ceux qui ne l’ont pas, voici ce tableau :

Dans notre exemple, nous avons donc le l’hexagramme suivant :

On recherche dans le tableau l’hexagramme Yin/Yin/Yin (dans la colonne Trigramme du bas) et Yang/Yang/Yang (dans la colonne Trigramme du haut), on trouve donc le n°12. On ouvre donc le livre à la page de cet hexagramme, appelé Pi. Une partie de la réponse se trouve dans la lecture de l’hexagramme, mais il y a encore des subtilités.

En lisant le livre a la page de l’hexagramme, il y aura :
                – 1 jugement
                – 1 commentaire sur le jugement
                – l’image
                – texte qui explique l’image
                – Que signifie 6 à la 1ère place par exemple ? Il faut regarder notre hexagramme et regarder si on a un trait mutable n°6 à la 1ere ligne (on lit de bas en haut, n’oubliez pas). Dans notre cas, nous n’avons pas le 6 mais un 8, la réponse à la question que l’on a posé se trouve au « 9 à la 4ème place ».

Quand on ne comprend pas bien l’hexagramme, on lit le commentaire > p.497 du Yi King Jaune en ce qui concerne l’hexagramme n°12

Ensuite, pour avoir plus de précision encore, on peut muter le trait mutable

On obtient donc l’hexagramme n°20 que l’on pourra lire pour plus de précision.

 Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire.