Fibromes & Alimentation

Voici un très gros sujet !! Les hormones… On s’en préoccupe guerre, et pourtant elles sont si importantes. La vie d’une femme est rythmée par son cycle mentruel, et quand un déséquilibre hormonal survient, il se peut que nous ayons des fibromes utérins (fibres musculaires sous forme de boule dans l’utérus), ce sont des tumeurs non cancéreuses sans gravité mais qui peuvent vraiment handicaper la vie des femmes… Pour ma part, j’ai des petits soucis de fibromes qui pourraient éventuellement être opérés si je le souhaitais. Ceci expliquait d’un coup beaucoup de choses : ma fatigue, des règles très abondantes avec des caillaux, ma carence en ferle comble quand on pense être dans l’alimentation healthy, qu’on cuisine beaucoup de choses soi même, qu’on fait du sport, qu’on est quasiment jamais malade (et quand ça arrive qu’on se soigne de façon naturelle dans 99% des cas)… On se remet alors en question, mais qu’a t’il bien pu se passer ??!! Il semble qu’à partir de 30 ans, une femme sur trois souffre de fibrome utérin. Cela en dit long sur le niveau de santé des femmes aujourd’hui…

Un fibrome n’est pas une maladie, c’est un indicateur de santé du corps qui indique que quelque chose ne va pas. Bien que cela puisse être dérangeant (saignements, lourdeur du bas ventre…), personnellement, je prends les fibromes comme une bonne chose. Déjà, c’est le signe que mon corps va bien puisqu’il réagit, d’autre part, cela m’a fait me rendre compte que mon organisme souffrait d’acidité et qu’il fallait que je change d’hygiène de vie.

Je vous invite à rejoindre le nouveau
groupe privé Facebook Fibrodetox – 100% féminin
où nous pourrons échanger autour des fibromes en toute confidentialité.

Mais avant tout, notez que je ne suis pas médecin, ni nutritionniste, ni gynécologue.
En revanche, j’ai longuement questionné ma gynécologue, je suis allée voir une nutritionniste pour tenter d’y voir plus clair, je me sers également de mes études d’énergétique traditionnelle chinoise et de naturopathie.
Ces écrits sont mes retours d’expérience, je ne prétends pas pouvoir soigner les fibromes, prenez toujours un avis médical.

Creuser les différentes pistes des causes de fibromes

Un long travail personnel de remémoration s’installe… Pourquoi ai-je donc des fibromes ? Trouver la cause serait l’idéal, mais ce n’est parfois pas si évident… Et surtout qu’en matière hormonale, il peut y avoir beaucoup de causes possibles, voici quelques pistes :

  • La plupart des fibromes utérins seraient des signes flagrants d’intoxication profond de l’utérus à cause de l’alimentation inadaptée (trop acidifiante et trop riche en oestrogènes : viandes, laitages, céréales telles que le blé, l’avoine, le riz…), médicaments, polluants dans les protections intimes, manque de sport… Un organisme acide aura pour effet d’accumuler des toxines. Il faut donc essayer d’être le plus neutre possible. Voici une liste explicative des aliments acidifiants/alcalinisants. Il faudrait donc idéalement manger le plus alcalinisant possible afin d’aider le corps à se régénérer (j’y reviendrai plus bas dans l’article). Vous pouvez tester votre acidité en achetant des bandelettes à pH en pharmacie.
  • Ma gynécologue m’a dit que des fibromes peuvent apparaitre quand il y a trop d’oestrogènes dans le corps, ceci peut être du à une alimentation trop riche en oestrogènes, mais également si on a pris la pilule contraceptive durant de longues années. La pilule contraceptive ou le stérilet sont bourrés d’hormones, très utile pour prévenir la grossesse mais cela n’est pas sans conséquence d’un point de vue hormonal.
  • Une autre cause peuvent être l’utilisation de tampons et serviettes non bio utilisant du chlore et tout un tas d’autres produits nocifs qui sont en contact direct avec nos parties intimes…
  • La médecine explique également qu’il y a un lien entre l’obésité et les fibromes et un foie surchargé ou épuisé. Le foie est censé transformer le trop plein d’oestrogènes avant de les rediffuser dans le corps. Si le foie est sur-sollicité, il se peut qu’il ne fasse pas le travail correctement, et on se retrouve, soit avec de la graisse dans laquelle les oestrogènes en excès sont pris au piège, soit des fibromes ou autres désagréments.
  • Causes environnementales : nombreuses sont de la génération bébés élevés au biberon, hors les biberons à l’époque contenaient certainement du bisphénol A… Une étude américaine a montré que les femelles rats et leur bébés exposés au bisphénol A, avaient développés des tumeurs à l’utérus… Il y a également la pollution dans l’air, les pesticides, et tout un tas d’autres causes potentielles, comme par exemple si vous travaillez dans un lieu utilisant des produits chimiques…
  • Causes émotionnelles : elles peuvent être plus difficiles à identifier, il faut se souvenir de notre passé, de ce qu’on a vécu, des éventuels traumatismes, la perte d’un être cher, le désir d’avoir des enfants ou non, les situations de stress, nos énergies négatives… Vous pouvez alors vous aider de thérapies alternatives telles que l’hypnose, l’EMDR, le yoga du rire, etc. Je pense que le fait de les identifier et d’accepter ses causes est déjà un grand travail sur soi.
  • Causes familiales : questionnez les femmes de votre famille des 2 cotés (maternel et paternel), cela peut vous aider à y voir plus clair. Notez que les femmes d’origine africaines sont les plus touchées par les fibromes.

La liste serait encore longue de toutes les causes possibles, essayez d’identifier au mieux les causes aide surtout à prendre les mesures pour corriger ses causes. Par exemple, si vous mangez énormément de tofu (selon moi le pire de tous les aliments pour les fibromes), alors commencez par arrêter d’en consommer. Cela ne pourra qu’améliorer (et du moins ne pas empirer) la situation.

Ce qu’il faut voir maintenant, ce sont les façons possibles de soulager les gènes des fibromes. Ma gynécologue me propose alors comme seul remède, la chirurgie. L’hystéroscopie qui est une opération sous anesthésie générale pour retirer les 2 fibromes sous-séreux (les plus ennuyeux apparemment, petits mais mal situés). Ma gynécologue m’envoie vers un chirurgien qui me conseille carrément l’hystérectomie (ablation de l’utérus) car selon lui, il y a trop de fibromes et je serai obligée de le faire enlever tôt ou tard… J’ai 38 ans, je n’y pense pas, c’est trop jeune… J’ai 7 fibromes au total, 2 opérables et 5 inopérables… Bien sur, s’il faut faire de la chirurgie, que c’est le seul remède, je le ferai sans hésiter, mais mes fibromes n’étant pas une urgence dans mon cas (cela me donne juste des règles abondantes), je préfère étudier l’alimentation et des solutions naturelles avant d’envisager toute chirurgie. Je vais parler d’alimentation dans cet article, j’ai également écrit un article sur les solutions naturelles en cas de fibromes.

J’ai donc regardé énormément de conférences de docteurs et professeurs en médecine, en biologie, de naturopathes, j’ai appris énormément de choses sur l’alimentation ainsi que le fonctionnement hormonal.

Analyser son alimentation à la loupe

Je décide donc de m’intéresser à ce que je mange, j’ai fais une liste de tous mes plats préférés (ceux que je mange le plus souvent) sur un papier pour commencer. Ensuite j’ai fais une recherche sur internet sur chaque aliment. Je découvre que beaucoup de ces aliments dits healthy peuvent ne pas convenir du tout car bien trop riches en œstrogènes. Hors un fibrome peut apparaitre ou grossir si on a trop d’oestrogènes dans le corps, première piste intéressante.

Me voici partie pour des jours et des jours de décryptage d’aliments, je regarde tout ! S’ils sont riche en oestrogènes, les minéraux et vitamines, etc. Un travail long mais nécessaire pour bien comprendre, je veux trouver la source au problème.

D’après mes recherches, mes grosses erreurs alimentaires seraient d’avoir bu de l’alcool assez souvent (apéro ou sorties entre amis), d’avoir mangé des légumineuses bio en conserve et surtout du soja (soja frais, tofu, lait de soja vanillé), je précise que la sauce soja ou le miso sont fermentés donc pas de problèmes, d’avoir bu tous les jours du café… Je consommais également beaucoup de fromage de chèvre, beaucoup de céréales, etc. Pour résumer, mon corps était très acidifié par toutes ces mauvaises combinaisons alimentaires…

Les hormones sont le reflet de notre santé

Je découvre que tous les aliments ont une réaction hormonale…

  • La viande produit des hormones œstrogènes, car bien souvent les animaux sont nourris avec des céréales dont le maïs ou le soja. On peut manger de la viande, une fois par semaine, et de qualité d’animaux nourrit à l’herbe. Bien sur on cuira la viande à la vapeur douce, oui vous avez bien lu, à la vapeur douce à l’aide du Vitaliseur de Marion. Les autres modes de cuisson n’étant pas sains.
  • le sucre produit l’hormone insuline, hors des pics d’insuline répétés provoquent de la graisse, et la graisse peut être transformée en oestrogènes. L’excès de sel diminue également la sensibilité à l’insuline.
  • les fruits produisent l’hormone leptine, hormone de la satiété. Il est important de consommer beaucoup de fruits et légumes bio. Pas ou peu de compotes car on ne mache pas la compote, on la gobe ! Il faut manger les vrais fruits entiers. On limitera les jus de fruits même s’ils sont fait à l’extracteur, pour la même raison qu’on ne mâche pas les jus.
  • la caféine et le stress provoquent l’hormone cortisol et fatiguent le foie. Quand on a des fibromes, on a besoin d’un foie qui marche bien car c’est lui qui peut transformer les oestrogènes en progestérone. De plus, le café produit un léger pic d’insuline. On stoppera donc sa consommation de café et le thé, pour moi, l’arrêt du café n’a pas été simple (j’adorais ça) mais j’ai vu une nette amélioration.
  • les produits laitiers produisent l’hormone de croissance, le lait, le fromage, ainsi que les graisses saturées qui sont bourrés d’oestrogènes.

Toutes ces hormones sont nécessaires au corps mais peuvent devenir agressives envers le corps quand l’alimentation n’est pas adaptée à chaque individu. Et c’est là que ça peut se corser, chacun a des besoins différents et il faut trouver de quoi on a besoin… Il peut être intéressant de faire un bilan nutritionnel avec un professionnel.

La bonne nouvelle : on peut naturellement modifier le statut hormonal grâce à notre mode de vie ! Les hormones ne sont que partiellement conditionnées par la génétique; la régulation de la sécrétion hormonale est en grande partie sous l’influence de facteurs environnementaux et l’alimentation joue un rôle majeur mais il faut également prendre en compte l’aspect émotionnel (la prise des repas dans le calme par exemple), j’y reviendrai.

Les aliments riches en oestrogènes et acidifiants – à éviter quand on a des fibromes

On sait donc maintenant que les aliments riches en oestrogènes peuvent favoriser l’apparition des fibromes et/ou les faire grossir. Donc quand on a des fibromes, il faut donc réduire son alimentation en oestrogènes. Voici une liste d’aliments riches en oestrogènes à supprimer de votre alimentation, le temps que vos fibromes diminuent :

  • évitez le soja : ce n’est plus à démontrer, le soja n’est pas très bon pour la santé, et quoi qu’on en dise, les chinois n’en consomme pas énormément… Ma belle mère est chinoise et cuisinière, elle n’en consomme absolument jamais, quand je lui ai montré un bloc de tofu, elle ne savait pas ce que c’était !! Récemment, j’ai reçu une newsletter de Marion Kaplan dans laquelle, elle parle du soja, voici un extrait : “Un bon régime alimentaire doit éviter la consommation de soja et de ses dérivés car des études récentes ont montré son implication dans certaines maladies auto-immunes, l’action œstrogénique du soja se substituant aux hormones naturelles. Le soja contient effectivement beaucoup plus de phyto-œstrogènes (sous la forme d’isoflavones) que toutes les autres plantes comestibles. Or, ces isoflavones sont des perturbateurs endocriniens qui sont aujourd’hui soupçonnés d’aggraver les cancers hormonodépendants (sein, utérus, prostate, ovaires), mais aussi de perturber le développement des organes sexuels ainsi que la fertilité, et de provoquer des problèmes de la thyroïde et des os chez certains enfants.”
  • évitez aussi le maïs car riche en oestrogènes et bien souvent ogm…
  • consommez avec modération les légumineuses : pois chiches, lentilles, petits pois, pois cassés… pour moi, c’est deux ou trois fois par semaine. On les fait bien trempées toute une nuit avec une algue kombu afin de les ramollir (et trempés dans de l’eau filtrée idéalement), on les fait germer quelques jours (c’est encore mieux) et on les cuits 5/10 mn au Vitaliseur de Marion afin qu’ils soient al dente (recette du Pr Joyeux, cancérologue).
  • consommez avec modération les légumes racines et tubercules cuits : pomme de terre, topinambour, panais, carotte. Seule exception pour la patate douce car elle constitue une source importante de DHEA (déhydroépiandrostérone), selon les besoins, La DHEA peut se transformer en œstrogène, en progestérone ou en testostérone. Selon Marion Kaplan, cela pourrait donc être intéressant de consommer de la patate douce quand on a des fibromes, mais j’ajouterai quand même avec modération car c’est un légume racine malgré tout. Vous pouvez consommer de la carotte crue en jus ou en salade.
  • supprimez tous les produits laitiers : yaourts, fromages, laits, patisseries, viennoiseries, boulangeries, glaces… De temps en temps, on peut s’octroyer un fromage de chèvre que l’on achètera chez le fromager ou l’agriculteur, les fromages de chèvre du commerce renferment souvent 25% de lait de vache !! Tous les laitages sont riches en facteurs de croissance et donc contribuent à la formation de fibromes.
  •  supprimez le café et le thé : cela affaiblit le foie, hors le foie aide a réguler les hormones, le café et thé rendent le corps acide. On peut remplacer le café par de la chicorée. Notez également que le café et le thé inhibe l’absorption de fer pendant 45 mn…
  • consommez avec modération le lait de coco, je cuisinais très régulièrement au lait de coco car il est à ig bas et qu’il contient des vitamines B, avant de me rendre compte qu’il est très calorique (188 kcal pour 100 ml), il est également riche en matières grasses (17% environs), riches en acide gras saturés à chaine longue (acide laurique, acide myristique et acide palmitique) qui représentent près de 80% de ses graisses sont des gras saturés, hors les acides gras saturés à chaine longue contribuent à produire des oestrogènes. Et enfin, il a un mauvais rapport oméga 6 et oméga 3… Donc le lait de coco, ok, mais juste de temps en temps.
  • évitez toutes les céréales et en particulier celles avec du gluten : riz, blé, seigle, avoine,… car elles ont toutes une action oestrogénique. Vous pouvez consommer avec modération du sarrasin, du chanvre ou du quinoa (qui ne sont pas des céréales), et ça tombe bien car il a en plus un iG bas.
  • évitez le sucre : d’une part pour la santé de votre pancréas, d’autre part pour éviter de prendre trop de masse grasse. Je ne dit pas d’être tout maigre, non, mais si vous avez 10 kilos à perdre, essayez de les perdre, cela évitera à votre corps de puiser dans la graisse pour produire des oestrogènes. Préférez le miel bio.
  • alcool et tabac : bien sur, c’est mieux si vous pouvez arrêter de fumer et de limiter votre consommation d’alcool à un verre de vin rouge bio par jour maxi.
  • attention aux crevettes : j’adore les crevettes mais elles sont souvent bourrées d’additifs pour leur donner leur couleur, et ces additifs se comportent comme des oestrogènes… Heureusement, pas toutes sont concernées, mais faut il encore avoir la possibilité d’acheter des crevettes de qualité. Demandez conseils auprès du poissonier et fuyez les poissonneries des supermarchés.
  • évitez la sauge et le ginseng car ils stimulent la fabrication d’hormones œstrogènes.
  • éviter ce qui intoxine : la suralimentation et le grignotage.
Le tofu est a supprimé totalement de votre alimentation en cas de fibromes.

Les aliments à privilégier quand on a des fibromes

Voici les pistes d’une alimentation ayant un impact positif sur l’équilibre hormonal, il faut aussi consommer des aliments dits alcalins pour aider à réduire l’acidité du corps et l’inflammation :

  • le bio est obligatoire !! les pesticides contenus dans l’alimentation industrielle ne font qu’aggraver les fibromes et sont connus pour leurs effets sur les dérèglements hormonaux en tant que perturbateurs endocriniens.
  • favoriser les bonnes graisses : les amandes et noix, les huiles variées de première qualité. L’huile d’onagre ou de bourrache sont de très bons régulateurs hormonaux. La puissance anti-inflammatoire de ces 2 huiles en font un complément essentiel quand on a des fibromes utérins.
  • favoriser les protéines légères : végétales ou animales (de petits animaux) comme les petits poissons gras (maquereau, sardine, flétan), les oeufs, les volailles, fruits de mer… parfois vous pourrez manger de la viande rouge si l’animal a été élevé en plein air et qu’il a mangé de l’herbe. Je rappelle que toutes les protéines sont acidifiantes, en manger un peu oui, mais pas trop.
  • diminuer les portions pour réduire la masse graisseuse. Une restriction calorique modérée est essentielle pour l’équilibre hormonal. Pas de régime, mais simplement arrêter de se suralimenter et écouter son corps. Si vous avez une bonne couche de graisse, c’est que votre foie est dépassé par les évènements, il ne va pas éliminer tous les oestrogènes, il les dissimulera dans des cellules graisseuses, votre corps va donc puiser dans la graisse pour fabriquer des oestrogènes toujours plus nombreux. Je vous conseille d’ailleurs fortement de vous purger à l’huile de ricin si vous avez des fibromes afin d’aider les glaires installés à sortir. Personnellement j’en fais 2 fois par mois. Je ressens du mieux, je suis convaincue de son efficacité… Vous pouvez lire le livre La cure zen detox de Nelly Grosjean sur le sujet, elle a vaincu un cancer des ovaires en se purgeant durant 5 mois tous les jours (sous suivi d’une naturopathe).
  • soutenir le foie et le processus naturel de Detox avec des aliments comme les légumes verts, le citron, le radis noir, artichaut, oignon, ail, choux, vous trouverez également des draineurs en supermarché bio.
  • boire beaucoup d’eau pour aider les toxines à sortir, beaucoup de soucis de santé seraient dus à une déshydratation.
  • manger beaucoup d’antioxydants – (légumes et fruits frais) car les hormones sont sensibles au stress oxydatif. Le jus de citron est anti-oxydant, de même que le jus de grenade. Les légumes de la famille des choux, chou kale, chou rouge, de Bruxelles, brocoli sont excellents, consommez-en plus.
  • faire le plein d’omega-3 (huile de lin, colza, poisson gras, graines de chia) qui favorisent l’équilibre en luttant contre l’insulinorésistance et l’inflammation. Vous pouvez également prendre les compléments Omega 3 vegan d’Algorigin.
  • privilégier les aliments sans gluten : quinoa, chanvre, sarrasin, légumes, oléagineux…
  • manger des aliments crus riches en fibres solubles qui régulent les hormones et la concentration d’œstrogènes dans le sang (fruits, légumes, algues, oléagineux), les fibres aident aussi le gros intestin à évacuer les toxines.Faites vous des repas entiers de fruits en ya ajoutant de la canelle par exemple, c’est un régal.
  • penser aux oligo-éléments comme le fer (les fibromes peuvent provoquer des saignements abondants), on en retrouve dans les algues, le cacao, le jaune d’oeuf, la viande de porc, vous pouvez aussi prendre de la spiruline Fer Algorigin, elle est formidable.
  • détoxinez votre intestin grâce au psyllium et à l’algue spiruline, elles absorbent absolument toutes les toxines qui se trouvent dans l’intestin, et elles forment aussi un gel qui lubrifie les selles.
  • pensez à la vitamine B, elle va aider le foie à transformer les oestrogènes. On en retrouve dans les amandes, champignons, poissons sauvages, noix de cajou, poivrons, avocat, bananes, légumes verts, oranges,…
  • équilibrer naturellement vos hormones avec des phyto-oestrogènes tels que la poudre de Macabénéficiez de 5€ de remise chez greenweez avec le code parrainage 5JYYAD61. Le maca est une plante adaptogène qui équilibre de nombreux troubles hormonaux, il y a aussi les pois chiches al dente (une fois par semaine)…
  • l’eau filtrée : les bouteilles d’eau en plastiques sont parfois pire que l’eau du robinet. Dans un livre très intéressant que j’ai lu sur les cas de guérisons exceptionnelles de cancer, les 9 clés de la rémission (même si nous parlons ici de fibromes, donc non cancéreux, si on sait comment éviter un cancer, c’est toujours utile !), toutes les personnes ont accompli 9 mesures alimentaires ou émotionnelles majeures dont la consommation d’eau filtrée. Les bouteilles en plastiques favorisent les oestrogènes, c’est pourquoi je vous déconseille fortement l’eau en bouteille et de passer sur un système de filtration de l’eau. L’eau filtrée est pure, elle n’a plus de minéraux certes, mais vous les aurez dans l’alimentation, elle sera aussi débarrassée de tout pesticides, toutes hormones, médicaments, etc.
  • laits végétaux et eau de coco : je ne suis pas une grosse consommatrice de laits végétaux. Si vous aimez les laits végétaux, je vous conseille de les réaliser vous même, ainsi vous serez sure de la qualité de votre lait et c’est très simple à faire, vous trouverez pleins de recettes sur internet. De plus privilégiez les laits d’oléagineux (amande, noisette…) plutôt que de céréales (riz, avoine…). Quand je réalise parfois des pâtisseries, j’utilise soit du lait d’amandes, soit de l’eau de coco à la place du lait, c’est une excellente source de potassium, très faible en calories, et légèrement sucré naturellement. De plus, c’est une excellente boisson de récupération avec l’effort physique.
  • les tisanes de plantes de gattilier, d’Achillé millefeuille, d’alchémille, de feuilles de framboisier, de yam aident à réguler les hormones. Sur le site jeunerpoursasante.fr, l’auteur conseille la chose suivante :
    • Du 8e au 24e jour du cycle pour un cycle de 28 jours. Au milieu des deux repas midi et soir, prendre une gélule de Gatillier Solaray. Cela freine la production d’œstrogènes
    • Du 12e au 24e jour du cycle, toujours pour un cycle de 28 jours, prendre une gélule de Mexicam Yam. Cela augmente la production de progestérone.
    • Ajouter une gélule d’huile d’onagre qui contribue à l’équilibre hormonal.
  • le sport !! eh oui, on bouge… les femmes actives seraient moins sujettes aux fibromes. Donc on prend le temps de transpirer pour de vrai, pas juste courir et vivre à mille à l’heure. Même si la vie quotidienne est un sport, je parle ici du vrai sport, celui qui fait plaisir, celui qui nous fait nous sentir confiante et heureuse à la fin de la séance… On évitera les sports a forts impacts si nos fibromes vous font sentir une pesanteur dans le bas ventre : équitation, course à pied, sports de combat… Des sports en salle comme le HIT sont excellents.

L’équilibre de l’assiette
85% végétal + 15% de protéines
C’est notre ratio de bactéries intestinales
85% de bonnes bactéries et 15% de bactéries pour les protéines

La santé hormonale repose avant tout sur la prévention, mais nous pouvons toujours agir pour améliorer une situation de déséquilibre. C’est un travail de tous les jours, à la fois alimentaire et mental, offrez vous des moments de détente bien à vous chaque jour, c’est important de réduire fatigue et stress et de faire du sport au moins 3 fois par semaine, pour ma part, je fais du fitness et du vélo.

Les choux, les légumes verts, les épinards soutiennent l’action du foie et sont très bons quand on a des fibromes.

Besoin d’idées de recettes de cuisine ?
Faites un mix Paléo / Crusine / Vapeur douce…

J’ai eu diverses tendances alimentaires ces dernières années, j’ai été pure végétarienne pendant 2 ans (à ce moment, j’ai consommé beaucoup de tofu et de soja…), puis de nouveau omnivore, puis fléxitarienne (végétarienne avec rarement des produits animaux)… J’ai longtemps cherché mon mode alimentaire, aujourd’hui, grâce à mes fibromes, je vois davantage l’alimentation santé avec une alimentation “faible en oestrogènes”. Bien sur, ce mode alimentaire est spécifique aux fibromes. Notez également, que selon votre âge, une femme proche de la ménopause n’aura pas les mêmes besoin qu’une femme de 35 ans.

J’ajouterai qu’une alimentation alcalinisante (et non acidifiante) est primordiale quand on a des fibromes. J’étais très sceptique sur le « manger cru », je suis maintenant une convaincue tellement j’ai vu une amélioration.

Le régime Paléo correspond, en partie, à cette façon de s’alimenter et de cuisiner (car il évite les céréales, les produits laitiers, les produits transformés). Bien sur, dans le cas de fibromes, on limite l’apport en viandes à une fois par semaine (et on choisit des viandes biologiques de petits animaux nourris à l’herbe ou sans ogm). Ce régime prône les fruits et légumes en grande quantité, un peu de viande ou de poisson, des oeufs, des bonnes huiles et des oléagineux.
La crusine est également intéressante, j’aime l’idée de manger cru pour avoir un maximum de nutriments, depuis que je mange de plus en plus comme ça, je remarque que ma santé s’améliore, par exemple, j’avais les ongles fragiles, ils sonf devenus forts en seulement 10 jours de cru. Je conseille toujours boire quelque chose de chaud ou tiède quand on mange cru (même en été) surtout pour les personnes qui digèrent mal.
La vapeur douce, je ne vous la présente plus… Ce mode cuisson a changé ma vie, je cuisine à 40% avec le Vitaliseur de Marion, 50% cru et garde 10% de cuisson au four ou au wok afin d’avoir un équilibre humidité/chaleur, la vapeur douce étant une cuisine humide.
A ce jour, je pense que ce régime alimentaire est le plus varié et sain quand on a des fibromes. Cet avis n’engage que moi, faites un point avec un nutritionniste ou votre gynécologue s’il s’y connait en nutrition. Dans tous les cas, testez et trouvez par vous même le régime alimentaire qui vous convient le mieux. J’attire votre attention, que sur internet, on trouve beaucoup de recettes vegan ou végétarienne utilisant à outrance le soja, le tofu, le tempeh, le lait végétal de soja, c’est à mon sens à éviter.
N’oubliez pas également, de temps en temps, de faire un jeûne intermittent, cela fera le plus grand bien à votre corps, un à deux jours par semaine selon les personnes.

Pour ma part, je mélange des recettes paléo + des recettes à iG bas + des recettes végétariennes + des recettes de crusine + je cuisine à la vapeur douce et four + je me concocte mes propres recettes, je vous invite à en faire de même…
Et n’oubliez pas, les fibromes sont longs à apparaitre et longs à partir…

Des recettes spéciales Fibrodetox sont en cours de réalisation
encore un peu de patience…

Sources : docteurbonnebouffe.com, Henri Joyeux, Pr Jauvais, Marion Kaplan, Jeuner pour sa santé
Photos : bonappetit.com, Stacey home maker, Le Vitaliseur de Marion