Randonnées

Rando dans le Mercantour, 3 jours

Randonnée de 3 jours et bivouac en Aout 2012

Nous avions trouvé la Vallée tellement magnifique en Juin, que nous sommes bien décidés d’y retourner pour visiter tout ce que nous n’avons pas pu faire la dernière fois. Voir l’article sur la premiere rando

Nous faisons le choix d’investir dans du matériel couteux, sachant que c’est un investissement utile pour le futur et que l’on gardera surement à vie : sacs à dos, tente, duvet, la totale.

J’ai la chance d’avoir un frère qui pratique tous les sports de plein air (montagne, spéléo, etc.) et donc il m’a fourni de précieux renseignements pour l’achat de matériel adéquat. Il m’a conseillé le site www.expe.fr pour acheter le nécessaire.

Liste du matériel :

  • Pour le duvet : nous avons choisi un duvet en plumes d’oie de la marque Warmth, modèle GT500. Il ne faut jamais le laver, il faut acheter un sac en soie que l’on glisse à l’intérieur, c’est lui qu’on lavera.
  • Chaussures de randonnée : marque Salomon ou Meindl, prendre une pointure au dessus de sa taille habituelle.
  • Sac de randonnée : marque Karrimor avec poches rétractables d’au moins 45/55 litres pour une femme et 70/80 litres pour un homme, le prendre avec dos aéré
  • Tapis de sol : (appelé aussi carré mat), marque Thermarest, c’est la seule marque valable selon lui.
  • Tente : auto portante de préférence car selon les sols, on ne peux pas toujours planter les piquets, tente basse de moins d’1 mètre pour pouvoir bivouaquer dans les parcs nationaux (se renseigner avant de partir, certains parcs refusent le bivouac). Il conseille la marque Vaude, nous avons pris une North Face Meso 2 en promo. Tente la plus légère possible car on la porte, surtout avec un espace auvent (pour laisser sacs et chaussures dehors)
  • Vêtements de la marque Patagonia, Ice Breaker : fiabilité, légèreté, technique ou autre marque de votre choix
Tout ce matériel coute une vraie fortune, il faut investir progressivement.

 

Composition du sac de rando :

Trousse de secours, casquette, anti moustiques, lunettes de soleil, crème solaire, lingettes pour la petite toilette, brosse à dent, dentifrice, sacs poubelles, tongs, maillot de bain, petite serviette de toilette, la carte des sentiers de randonnée, déodorant (ou bicarbonate de soude), sous vetements, chaussettes, tee shirt, pantalon chaud (ou collant), short, k-way, pull ou polaire ou doudoune en plumes, tente, tapis de sol autogonflant, drap de soie, duvet, chaussures de rando (ou Vibram 5 fingers + sur-chaussures), réchaud, bombonne de gaz, 1 popote (casserole avec couvercle), 2 tasse en plastique, couverts, passoire, oreillers en micro billes, briquet, allumettes, lampe torche, papier toilette, gant de toilette, boussole, éponge, produit ecolo vaisselle/gel douche, thé, quelques sardines de tente en plus, peigne, crème hydratante, tapis de sol autogonflants, baume du tigre, piquets de marche, lampe de poche, une paire de tongs, 2 bouteilles de badoit par personne (nous avions pris 2 bouteilles de Cristalline, au bout de 3 jours, le plastique était tout déformé et certaines cassées), maillot de bain, carte de randonnée, mouchoirs, sachets en plastique (pour mettre du bicarbonate, etc.), arnica 5CH, coton tiges, appareil photo, carnet + stylo, 2 grands sacs poubelles pour s’assoir par terre le soir quand c’est humide

Nourriture : comme les sachets lyophilisés sont assez cher, on a opté pour :

pates, riz semi complet, quinoa, bouillon de legumes, sel, poivre, fiole en plastique de chez Sephora remplie d’huile d’olive, fruits secs salé et sucré, soupes, barres de céréales (ou barres énergétiques à la spiruline), un peu de spiruline en brindilles, compotes en sachet.
Il faut compter 250g de pates, riz ou quinoa pour 2 personnes par repas, ça suffit largement, et un demi tofu pour 2 par repas.

 

Et comme je suis une femme qui aime bien etre feminine, j’emporte en plus un mascara et crayon noir. Prevoir également un tampon (au cas ou), pas de soutien gorge mais une brassière sans couture, un rasoir, élastique à cheveux, petit miroir

 

A faire avant de partir de chez soi :
– Vider les poubelles
– Fermer les volets
– Arrosez les plantes
– Eteindre le gaz

 

Vendredi
Nous sommes partis en voiture de Hyères, direction Castérino en passant par Vintimille le vendredi matin….. Je déconseille fortement de passer par là à cause du marché, résultat : 1h de bouchons pour faire 500 mètres.
Arrivée à Castérino (1555 m) à 12h15, direction le Refuge de Valmasque (2221 m) ou nous dormirons en bivouac cette nuit. Nous arrivons au refuge à 19h. Nous avons été très lent par choix, et avons pris pleins de photos, paysage totalement différent par rapport au mois de juin. La sécheresse se fait ressentir, le paysage s’en trouve changé, ce qui est intéressant pour la photographie. Comme le périple précédent, nous admirons la nature à chaque instant : cascades d’eau, végétation, senteurs… Le sentier est plus caillouteux dans ce coin là, et nous nous apercevons vite que le refuge, lui aussi, est de sol est très caillouteux. Il y a environs 5 ou 6 emplacements de tentes, comme nous arrivons tard, il n’en reste que 2. Nous réussissons à nous isoler un peu. On dort près du lac, c’est magnifique.
Nous allons enfin tester notre tente pour la première fois, génial ! Nous installons notre campement, nous « cuisinons », il y avait des gros nuages et l’humidité est tombée très rapidement le soir… Nous n’avons pas pu profiter pleinement de la soirée, car il faisait assez froid, même en plein mois d’aout.

 

Samedi
Nous nous réveillons très tôt, il fait un soleil magnifique, nous attendons que la tente sèche un peu avant de la plier. Nous avons donc dormi dans notre tente North Face Meso 2 , pas mal du tout, je ferai un post dessus.
Départ 9h direction la Baisse de Valmasque (2549 m), désert de cailloux où les chamois, bouquetins, mouflons sont très nombreux, nous avons même assisté à des jeux entre chamois, approchés de très près les bébés chamois, c’était formidable…
Nous pic niquons au niveau du lac Basto le midi. Nous repartons vers le refuge des Merveilles (2111 m). Nous apercevons quelques gravures (j’ai trouvé cela super d’en voir quelques unes, mais ensuite cela devient vite lassant : c’est mon avis). On ne peut voir que certaines gravures gratuitement, le site, étant protégé, il faut un guide pour voir toutes les autres.
Nous arrivons au refuge des Merveilles à 18h. Les heures de bivouac sont 19h/9h, nous attendons donc une petite heure avant de pouvoir monter notre tente. Beaucoup de randonneurs sont déjà sur place, il ne reste que quelques endroits pour se poser. Comparé à Valmasque, j’ai trouvé cette aire de bivouac plus confortable car il y a de la terre et de l’herbe, mais assez sale, beaucoup d’excréments !! Allez, je me suis dit que c’était surement les animaux, mais j’ai eu des doutes… C’est sur qu’en randonnée, on fait ses besoins dans la nature, mais en général, on recouvre d’une pierre non ? Mis à part ce détail, c’était super. On s’est ravitaillé en eau, et passé une bonne soirée.  Dans la nuit, nous avons pu apercevoir la voie lactée, l’univers est magnifique, et à 2000 mètres d’altitude, on voit le ciel différemment.

 

Photo : Karim Kouki

 

Dimanche
De nouveau une bonne nuit, le sol était un peu dur, et nos tapis de sol pas adaptés (de simples tapis de gym) mais il parait que dormir sur sol dur remet les os en place et c’est vrai que je n’ai pas eu de douleurs aux lombaires ou ailleurs ensuite… Départ du refuge des merveilles à 9h30, direction le lac des Mesches que nous avions fait lors de la précédente randonnée. Arrivée 16h à Castérino.
Conclusion : le bivouac et la liberté de dormir ou on veut, quand on veut, entendre la nature, c’est ça la vraie vie !!

A retenir

–  plus votre sac sera léger et meilleure sera votre randonnée (en moyenne de 15 kg pour une femme et 18 kg pour un homme)
– possibilité de trouver de l’eau dans le parc national du Mercantour (au refuge ou aux points de source – demandez aux gardes du parc)
– la nuit il fait froid (10°C en été) et humide, prévoir des vêtements chauds si l’on veut rester dehors regarder la voie lactée
– bien s’équiper : tente et duvet de très bonne qualité nécessaires
– comptez en moyenne 6 à 7 heures de marche par jour
– prendre un appareil photo
– avant de commencer la rando, s’arrêter à l’office du parc national (a côté de l’hotel Chamois d’or) et leur demander si les refuges sont ouverts